24 mai 2021
Il faut améliorer la qualité de construction des logements sociaux
Logement

​ Les confinements ont révélé ce que l'AFOC avait déjà pointé comme association de locataires : la plupart des logements, urbains le plus souvent, y compris les plus récents, sont exigus, mal agencés, trop peu adaptés au télétravail et, en général, à la coexistence de leurs occupants.

​ Un rapport récent remis à la ministre du logement (rapport de M. LEMAS du 19 janvier 2021) présenté lors des 3ème assises nationales du logement et de la mixité urbaine souligne cette réalité en donnant de nombreux exemples : logements jugés trop petits (la dimension d'un 3 pièces des années 70 est passée en moyenne de 80 m² à 58 aujourd'hui) , trop bas (la population a grandi en moyenne de 7 cm en 60 ans alors que les hauteurs sous plafonds ont diminué de 27 cm…), pas assez ouverts vers l'extérieur, trop loin des transports en commun et des bassins d'emplois, mal agencés avec des surfaces fonctionnelles telles que cagibi, dressing, placards... réduites ou inexistantes.

Pour l'AFOC, la situation n'est pas satisfaisante. Il est nécessaire de construire des logements, sociaux ou non, qui soient adaptés aux besoins de vie de l'époque, privés comme professionnels, des nouveaux usages et qui intègrent également les préoccupations environnementales prégnantes ; autant celles qui permettent de se chauffer à moindre coût que celles d'évoluer dans un environnement extérieur aménagé en espaces verts.

Il convient donc de redéfinir ce que doit être un logement décent au sens donné par la loi de référence du 6 juillet 1989 en fonction de ces constats et de ces demandes. C'est donc bien une contrainte légale et réglementaire qui est nécessaire pour satisfaire à cette revendication et non l'élaboration d'un simple référentiel de qualité du logement telle qu'il est proposé par le gouvernement en réaction à ce constat.

Trop cher nous dira t-on. Pas sur s'il s'agit de comparer les surcoûts liés aux exigences de construction d'aujourd'hui par rapport par à ceux nécessaires pour réparer les conséquences sociales des errements des politiques historiquement décidées de concentration humaine dans des ensembles immobiliers trop souvent éloignés de l'aspiration au « bien vivre ».



ASSOCIATION FORCE OUVRIÈRE CONSOMMATEURS 141, Avenue du Maine - 75014 Paris - Tél: 01 40 52 85 85 - Fax: 01 40 52 85 86 - afoc@afoc.net